07/03/2013 – ODAIBA / SHINAGAWA

07/03/2013 – ODAIBA / SHINAGAWA

7 mars 2013 0 Par Beckuto Vongola

ODAIBA NOUS VOILÀ !

Qu’est-ce que Odaiba ? Une île artificielle de la baie de Tôkyô pardi ! On va y passer la matinée. Pour s’y rendre, direction le métro et le tram qui traverse un long pont, de quoi nous permettre d’apercevoir d’abord la ville au travers des fenêtres puis la belle côte ; paysage assez saisissant. En arrivant on se dirige vers la plage, bah oui faut bien qu’on se sente réellement “en vacances” et quoi de mieux que du sable et la mer pour ressentir ce sentiment ? C’est encore l’occasion de prendre de belles photos, ainsi que certaines bien marrantes, mais aussi et surtout une vidéo avec Ryo* en vedette imitant un joueur de foot qui vient de marquer un but

– GOAAAAAAAAAL !!!!! –

Pour ma part je ne pourrais profiter de la sensation du sable pieds nus, ayant de belles ampoules aux douilles… quand je dis qu’elles me feront chier bien longtemps.

En sortant de la plage on aperçoit une Statue de la Liberté… une statue de la liberté… une statue de… OH PUTAIN ! ÇA Y EST ! ON VIENT D’INVENTER LA TÉLÉPORTATION A LA SON GOKU !!!

On est à New York ou à Tokyo ? Je ne comprends plus rien là, merde on a des pouvoirs et on ne le savait même pas ! On n’a rien pris, pas de substances illicites, à moins que le déjeuner de l’hôtel était piégé, hum, qui a bien pu nous faire çà… le Japonais à la tronche de Yakuza à notre gauche ? Le cuistot qui a une dent contre les Européens ? Ou alors, je pars vraiment trop loin, tout seul, dans mon imagination, juste histoire de trouver une signification au fait qu’un double de la Statue de la Liberté soit présent à Tokyo. Merde, ils ont réussi à me faire divaguer une nouvelle fois ; sacrée statue qui m’offre la liberté d’imaginer tout un tas de scénarios.


NON LOIN DE LA STATUE SE TROUVAIT UNE FEMME PROMENANT UN SINGE EN LAISSE…

… oh non, mais JE DEVIENS FOU !!! J’ai des hallucinations, ce n’est pas possible, ça ne devrait même pas être autorisé ce genre d’attitude. Elle verra quand César reprendra le contrôle et que les primates réaliseront leur soulèvement ! HAHAHA elle fera moins la fière !

Loin de la plage, loin de la statue et de cette femme artificielle se trouve le bâtiment de la chaine Fuji TV, avec une énorme boule en son centre. On dirait un peu le grand robot du manga 20th Century Boys, sauf qu’il n’y a aucun jet de gaz toxique pour exterminer une population, OUF ! À l’intérieur se trouvent quelques boutiques, la seule qui nous intéresse est celle du manga One Piece, on a pu faire des photos avec Luffy, enfin sa statue, mais c’était sympa quand même. On a aussi testé le photomaton trop Kawaiiiii… mignon quoi ; les gens ont dû se poser des questions sur nous, mais qu’est-ce qu’on s’en branle franchement. C’était marrant et là est l’essentiel.

“LE ROI DES PIRATES CE SERA…” LUFFY… oui bon je ne veux pas de problème non plus !

En ressortant on est passé voir la gigantesque statue Gundam – oui on a l’impression qu’il n’y a que des statues sur cette île ; la regarder en étant à ses pieds donne le vertige, mais les photos sont réussies.


Je me demande si je dois le préciser à chaque fois qu’on prend des photos de telles ou telles choses à tels ou tels endroits, parce qu’il faut l’avouer, on est des touristes qui profitent de l’instant, de notre liberté (et non de la statue), mais on est quand même des archivistes de la mémoire, de peur de la perdre. On a nos propres photos visuelles et mémorielles, celles gravées à jamais dans nos têtes, mais comment faire pour les partager avec nos proches ? On connait déjà la solution, alors on appuie sur le clic et l’instant est gravé sur une carte SD ou SIM. Voilà un bagage que l’on ne devra jamais oublier, en partant et jusqu’à ce que l’on parte.


RYO DÉCIDE DE ME MONTRER LE NOUVEAU CENTRE COMMERCIAL DE L’ÎLE…

… et je dois dire qu’il en vaut le coup d’œil. Il est grand, magnifique et fortement inspiré par l’architecture Italienne. En temps normal j’aurais apprécié le moindre recoin de cette beauté, mais le fait que le sol soit rempli de pavés m’a extrêmement fatigué, à cause de quoi ? Eh oui, encore ces putains de bulles aux pieds ! Pour apaiser ma douleur, quoi de mieux qu’un peu d’émerveillement. Là, au milieu de la galerie se trouve une sublime fontaine, au départ on se dit “OK, c’est beau, mais pas la peine d’en faire tout un plat” (en plus j’ai faim). Mais lorsqu’elle est accompagnée d’un peu de musique classique et d’un très beau jeu de lumière, là on s’incline devant une telle maîtrise et on se laisse porter par ce spectacle visuel et sonore de toute beauté.

Par contre en se retournant on aperçoit E.T. en fashion victim, posé là devant une boutique de vêtements, normal, décontracté, l’air de rien. OK !


IL EST TEMPS D’ALLER REMPLIR NOTRE ESTOMAC…

… et quand on passe devant un restaurant Italien et que l’on voit les beaux plats présentés en vitrines juste devant nous, on commence vite à saliver. C’est parti pour une bonne carbonara accompagnée d’une omelette et d’un délicieux jus d’orange – ça va devenir ma boisson attitrée du voyage. Premier geste du serveur qui étonne assez, il nous sert directement un verre d’eau et gratuit en plus ! Si çà ce n’est pas du service parfait. 1750¥ le repas, ce n’est vraiment pas cher (environ 13€), de toute façon pour le moment rien n’est vraiment cher dans cette ville.

On ressort du centre commercial en ayant bien mangé, bien bu et la peau du ventre bien tendu ; non je ne dirais pas merci au chevelu barbu, fils du fumeur de havane. On part en direction de la station de tramway. Le tram arrive, il est bien bondé, Ryo arrive à y entrer et moi… un grand Japonais me passe devant, une vraie armoire ce mec, bien sûr il ne trouve rien de mieux que de rester devant la porte et me bloquer le passage. Résultat je reste sur le quai, le tram s’en va, Ryo m’aperçoit et a l’air de se demander pourquoi je ne suis pas monté. Heureusement qu’on est au pays où les trains / trams / métros sont quasi toujours à l’heure et assez régulier. Je n’ai que 5min à attendre avant qu’un nouveau tram arrive. J’explique la situation à Ryo et ça nous donne l’occasion de bien délirer sur comment j’aurais dû lui faire sa peau au mec !


– DIRECTION SHINAGAWA

À la recherche de l’aquarium que Ryo avait remarqué dans le guide de Tokyo donné par le gentil Japonais à la Tokyo Skytree. On galère bien pour le trouver, pourtant ça doit bien être voyant un aquarium, faut de la place, le bâtiment devrait se voir au loin dans ce quartier assez classique avec des habitations qui le sont tout autant. Aucun panneaux n’indiquent où il pourrait se situer, alors on marche au milieu de toutes ces maisons qui se ressemblent assez en fait, de quoi me perdre si je n’avais pas Super Ryo, guide touristique et boussole vivante ! Au final on tombe sur un grand panneau, non loin de la gare – que l’on n’avait pas vu – indiquant que l’aquarium était dans l’hôtel un peu plus loin. Oui oui, il est dans un hôtel ! Un putain d’hôtel de bourge même ! Le Shinagawa Prince Hotel. On a l’air de quoi nous dans le hall rempli de gens bien fringués, tiré à 4 épingles, attaché case à la main ? On arrive comme des amis vagabonds, fringués en chemise bûcheronne, t-shirt décontracté, jeans, baskets. Autant dire que les regards se sont vite posés sur nous. Eh oui, messieurs dames, on n’est pas pauvres, on n’est pas riches et pourtant on peut prendre le temps de se payer 1 mois à 12H de vol de chez nous ! Alors c’est qui qui est jaloux hein? HEIN ?

Hum… je disais donc que l’hôtel abritait l’aquarium, mais ce n’est pas tout. Il y a aussi un cinéma, un théâtre, des attractions, un bowling, des restaurants etc. Dans un premier temps on va voir l’aquarium qui est de toute beauté. On marche sous l’eau, les couleurs sont merveilleuses, on y voit des requins, différentes espèces de poissons, des otaries. Cet endroit donne un sentiment d’apaisement et ça fait du bien.

Pour continuer, on va voir le spectacle avec des dauphins. Je l’avoue, c’est la première fois de ma vie que j’en vois en vrai et c’est vraiment impressionnant. Amusant, assez fascinant et dérangeant à la fois. Un beau spectacle, mais on ne peut s’empêcher de penser au fait que ce sont des dauphins enfermés dans un hôtel… Une fois le show terminé, Ryo va faire un tour dans le grand 8 ; n’aimant pas les manèges à sensation, je m’abstiens pour le coup.

On va aussi tester une animation en 3D, avec les sièges qui bougent selon ce qui se passe à l’écran ; c’est une véritable immersion et assez réaliste, en clair c’est vraiment bien foutu ! Vivement que ça arrive en France, mais en même temps si ça arrive dans nos cinés… déjà qu’on paye assez cher nos places, là ça sera encore plus abusé.


POUR LA FIN DE JOURNÉE, ON DÉCIDE DE RETOURNER AU TOKYO DOME

… et là, le soir c’est vraiment plus vivant. Il y a du monde partout, les attractions sont quasiment toutes en marche, sauf l’impressionnant grand 8 au grand dam de Ryo qui aurait bien aimé le tester. Il y aussi les fontaines, qui font quasiment toute la longueur du centre commercial, qui s’illuminent, c’est beau à voir.


Retour à l’hôtel, Ryo décide de ressortir pour aller manger ; pour ma part mes pieds ne m’aidant pas et la fatigue se faisant ressentir, je décide juste d’aller chercher un sandwich au kombini d’en bas. J’avoue que ça me fait vraiment chier de ne pas l’accompagner, j’ai l’impression de ne pas profiter un max du moment, pour connaître Tokyo la nuit ; mais non, je n’arrive pas à tenir bien longtemps durant la soirée. Trop de marche dans la journée qui se font ressentir. Quand ça ira mieux dans quelques jours, je l’accompagnerais.



(*) Comme souvent dans mes récits, les prénoms sont évidements changés (respect de la vie privée e tutti quanti).