15/03/2013 – HEIAN-JINGÛ / GINKAKU-JI / ARASHIYAMA

15/03/2013 – HEIAN-JINGÛ / GINKAKU-JI / ARASHIYAMA

15 mars 2013 0 Par Beckuto Vongola

Réveil tout en douceur, pas besoin de se presser aujourd’hui ; c’est notre dernier jour à Kyoto. Comme à notre habitude, on regarde un peu la TV avant de partir, généralement ils passent du sport, surtout du foot avec la rétrospective des matchs du Japon pour les qualifications de la Coupe du Monde 2014 ; ce matin c’est Basket ! Match de NBA : Miami Heat vs Atlanta Hawks – Go Lebron Go !


DÉPART POUR LE 1ER TEMPLE DERRIÈRE LA GARE…

… extrêmement calme. Ça permet de démarrer la journée tout en douceur. Petites bâtisses avec ponts en bois, jardins fleuris, étangs remplis de longs poissons, petites chutes d’eau par-ci par-là, verdures abondantes, ce lieu est simple et magique, l’effet est immédiat. Certains cerisiers ont déjà fleuri, donc les fleurs sont maintenant blanches et non roses ; cela n’enlève rien à la beauté de ces arbres.


Pour être tranquille lors de nos transports aujourd’hui, on décide de payer un ticket de Bus à la journée d’à peine 500¥ / 3,50€, cela va nous permettre de voyager tranquillement à travers la ville sans débourser un yen de plus.

À l’entrée du prochain Temple que l’on visite, le Heian-jingû, se trouve sur la route un énorme Torii rouge et dorée, c’est le 2è plus grand du Japon (24m de haut) ; une façon d’émerveiller nos yeux avant d’atteindre l’intérieur. En réalité ce n’est pas un Temple, mais un Sanctuaire et autant vous dire qu’il est très grand. La cour intérieure vous offre un sacré panorama et une vue à 360° sur les différents bâtiments rouge et vert jade. Par chance ou peut-être bien parce qu’on est le matin, peu de monde se trouve ici, ce qui nous permet de bien profiter de l’espace que l’on a à notre disposition. Tiens aujourd’hui j’ai oublié mon chapeau… où avais-je la tête ?


PROCHAINE DESTINATION…

… après avoir vu le Kinkaku-ji (le Pavillon d’Or) avant-hier, on va voir le Ginkaku-ji (le Pavillon d’Argent). Malheureusement, ou heureusement diront certains Japonais, malgré son nom il n’a jamais été terminé et donc recouvert d’argent. Qu’à cela ne tienne, il est d’une simplicité élégante. Le jardin de pierre et de sable par contre montre une grande maîtrise de l’art, c’est impec’ ! Un tas de sable représente même le célèbre Mont Fuji. Les jardins boisés et mousseux achèvent de nous illuminer. La nature est belle quand elle est respectée.


L’heure du repas a sonné, il est temps de se remplir la panse. Dans un petit restaurant Ryo* choisit un plat bien diversifié à base de riz, légumes et de différents poissons, le tout accompagné d’un bon Coca-Cola frais ; tandis que je me prends des nouilles Chuka-Soba avec des petits morceaux de ce qui semble être du poulet et des poivrons filés – que j’écarte délicatement de mon plat -, accompagné du célèbre “Orandje Djousse”.

DANS L’APRÈM’ ON SE REND À ARASHIYAMA

… voir son célèbre long pont en bois Togetsukyo. Bon, on arrive un peu tard donc oublions les Temples à visiter et la forêt de bambous… mais l’aprèm n’est pas perdue pour autant, un Japonais vient nous accoster pour nous demander d’où l’on vient – décidément cette partie du Japon est très accueillante ! – et il nous conseille même d’aller voir la ville de Nara, HAHAHA comme par hasard c’est là où nous comptions nous rendre demain matin. Toujours aussi sympathique et intéressant les Japonais.


Retour en toute tranquillité vers la Kyoto Station, on se rend dans le grand magasin technologique (et autres). Je décide de m’acheter une figurine One Piece à 370¥ / 2,60€ (prenez exemple les Français!), à l’effigie de Zoro Roronoa, le fameux bretteur à 3 sabres !!! Faudrait pas qu’il prenne soudainement vie comme dans “Small Soldiers” et commence à nous trancher petit à petit… non Zoro ne fait pas ça ! Pense plutôt à “Toy Story”, ça serait plus sympa ! Bon allez, fini de délirer, retour à l’hôtel et fermeture du rideau… ou des yeux, au choix !



(*) Comme souvent dans mes récits, les prénoms sont évidements changés (respect de la vie privée e tutti quanti).