30/03/2013 – IKEBUKURO / DBZ AU CINÉ / AÉROPORT DE HANEDA

30/03/2013 – IKEBUKURO / DBZ AU CINÉ / AÉROPORT DE HANEDA

30 mars 2013 0 Par Beckuto Vongola

Dernier réveil à l’hôtel, dernier déjeuner… dernier jour. Il fait moche et froid – le Japon n’est donc vraiment pas content de nous voir partir. On fait le check-out, l’hôtelier me dit “One more night !”, au début je n’ai pas très bien compris pourquoi il me disait çà, je n’avais pas payé pour une nuit de plus… mais en fait ce qu’il voulait dire c’est qu’on avait une nuit gratuite pour la prochaine fois qu’on viendra, oki doki, bye bye !


– DIRECTION IKEBUKURO

Pour trouver un cinéma qui passe le tout nouveau film animé de Dragon Ball Z qui sort tout juste aujourd’hui (Battle Of Gods). 1800 yens la place (environ 14€), ça fait un peu mal mais bon, on est au Japon et on peut voir un film DBZ !!!

“Shut Up & Take My Money !”

Bon à l’entrée on ne peut pas prendre nos places ensemble, on est à deux guichets différents et comme les places sont numérotées, autant vous dire que l’on ne se retrouve pas l’un à côté de l’autre ; Ryo* est tout derrière tandis que j’ai la malchance de me retrouver tout devant… Wouhou !

Le film est un peu lent, mais quand ils se mettent dessus c’est du grand spectacle, les animations n’ont plus rien à voir avec les vieux épisodes que l’on regardait sur RTL9. Le générique est toujours le même “Cha-La-Head-Cha-La!” sans oublier le fameux :

SPARKING !!!

SON GOKU A LA GRANDE CLASSE EN SUPER SAIYAN GOD

Vegeta il ne faut toujours pas le faire chier, le combat de fin est vraiment bien fait ; seule déception : le méchant n’en est pas vraiment un… retournement de situation un peu Bisounours. MAIS ON A VU DBZ AU JAPON ! YAAAATAAAAAAAA!!!!!!!


C’était marrant de voir toutes les générations dans cette salle de ciné, les enfants d’avant sont devenus les adultes d’aujourd’hui ; à ma droite il y avait un homme d’une quarantaine d’années qui réagissait encore avec ses yeux d’enfants, c’est beau à voir !


On sort du cinéma et on va manger une dernière fois au Burger King puis direction Akihabara pour l’ultime visite au disquaire Tower Records. En fait j’ai des remords d’avoir préféré me prendre 2 CD plutôt que le coffret de RATT pour le Fratello* donc comme le dit Ryo “Une fois dans l’avion, il ne faut surtout pas avoir de remords !” et il a bien raison. Fratello c’était pour toi ! Et j’ai vraiment bien fait d’y retourner parce que j’ai trouvé 2 CD de ANGE !!! Caricatures et Guet-Apens. Non mais trouver du ANGE au Japon, un vieux groupe français quasiment oublié par la plupart des Français, c’est énorme quand même ! Je suis dans “la péniche de joie”.


RETOUR À L’HÔTEL POUR RÉCUPÉRER NOS BAGAGES, PUIS LA GALÈRE PEUT COMMENCER JUSQU’À L’AÉROPORT…

… – notre vol se fera de nuit. Aaaah la joie de la vadrouille avec valises à la main, ces lignes jaunes au sol qui ralentissent les roues plus qu’autre chose, ces montées et descente d’escalier en portant nos valises de plus de 20kg, se trouver une place dans le métro sans déranger les autres passagers, mais quel bonheur ! Pour se rendre à l’aéroport de Haneda on doit prendre un petit train, le voyage est rapide, derniers paysages défilant devant nos yeux, Tokyo la ville.

Dès qu’on arrive à l’aéroport, on regarde si notre vol est bien affiché et là *POUF !* une Taïwanaise – la trentaine sûrement -, débarque, s’intéresse à nous et commence à discuter. Mes cours d’Anglais vont me servir là ! Tenir une discussion totalement en Anglais ?

CHALLENGE ACCEPTED !

On parle de beaucoup de choses, du Japon, de la Chine, des Corée Nord et Sud, du Viêt Nam, de Taïwan, des croyances, de la vie en France, de MC*, d’une de mes ex, de nos familles, des amis, de la différence Homme/Femme en France et au Royaume-Uni, le besoin d’avoir une petite amie, de la liberté de penser (salut Pagny!), de l’indépendance, des raisons de notre road-trip, de nos voyages passés etc… on a parlé pendant 3 bonnes heures et encore j’ai dû couper court à la discussion car il était temps pour nous d’aller nous enregistrer, sinon pas de vol et pas de retour en France. Une rencontre intéressante pour clôturer notre séjour au Japon. Bon, Ryo avait lâché l’affaire au bout d’une heure, mais il a sagement écouté et attendu pendant le reste du temps.

Après s’être enregistré et avoir passé la douane, on a été manger et surtout on a bien parlé pendant longtemps.


– DIRECTION L’EMBARQUEMENT –

Je fais mes comptes, puis on embarque. Cette fois-ci on est près du hublot, la nuit c’est beau, mais il n’y a pas grand-chose à voir dehors. Ryo lit un livre sur son iPad et moi… bah je suis toujours en train d’écrire pardi !

À un moment on échangera nos places pour lui permettre de mieux dormir, mais au final ça ne servira pas. Au moins cela m’aura donné la chance de voir à travers le hublot ; on était au-dessus de la Sibérie, du blanc partout avec de temps en temps de petites lumières apparentes, ce genre de paysage ça en jette quand même. Sinon j’ai dû écouter un peu plus de 5 fois “A Horse With No Name”, cela faisait une éternité que je n’avais plus entendu cette chanson. Sur l’écran du siège j’ai regardé le premier volet de la saga du Hobbit, 3H de passée sur les onze de prévues ! Sinon comme à l’aller, c’est toujours aussi dur de dormir, on s’endort, se réveille, se rendort etc… et merde je suis dans le noir là…


Petit-déjeuner “western style”… beurk, sandwich avec tomates, œufs et concombres : TOUT CE QUE J’AIME !!!

Puis un petit biscuit, du kiri, de la salade, un jus d’orange (“l’Orandje Djousse”) et de la gelée de pêche… c’est très vite dégueulasse ce truc ! Ryo est réveillé et joue sur son iPad. On est bientôt arrivé.



(*) Comme souvent dans mes récits, les prénoms sont évidements changés (respect de la vie privée e tutti quanti).