KISS – DESTROYER

KISS – DESTROYER

17 avril 2020 2 Par Beckuto Vongola

POURQUOI DESTROYER EST DEVENU LE CLASSIQUE DE KISS ?

Parce qu’il faut dire qu’au départ, c’était assez mal barré vu les ventes qui ne décollaient pas vraiment alors qu’il avait l’opportunité de surfer sur le succès d’ALIVE!, le single “Shout It Out Loud” leur a donné l’illusion en se plaçant en tête des charts, mais après… c’est vite retomber ! Alors pourquoi est-il considéré comme le classique du groupe ? Cette pochette ? Là, OK, l’Artwork typé comics est largement dans le Top 3 de leur discographie, mais il en faudrait bien plus pour atteindre le stade de classique, non ? Il contient des classiques ? Bah ouais, ils sont même presque tous sortis en single : “Detroit Rock City”, “God of Thunder”, “Shout It Out Loud”, “Beth”, “Do You Love Me” ; pourtant, encore une fois, à part “Shout It Out Loud” les autres n’ont pas fait décoller les ventes, au contraire, la déception était de mise dans la presse et auprès d’une bonne partie des fans des débuts… ah mais attends un peu… il y a “Beth” sur ce disque ? AAAAAAH MAIS C’EST POUR ÇA !!! “Beth”, la ballade de Peter Criss, mise en Face B du single “Detroit Rock City”, a tout niqué sur son passage (peut-être même que les gens niquaient à son passage) ; elle est là l’explication ! “Beth” est le carton surprise, les vinyles se vendent comme des petits pains, l’histoire retiendra que l’album c’est très bien vendu et a regagné un sursaut d’intérêt à partir des 90’s, il n’en faut pas plus pour ériger Destroyer au rang de classique de la discographie de KISS ! Mais le mérite-t-il réellement ? Pas vraiment…


DESTROYER EST MÊME CLAIREMENT L’UN DES ALBUMS LES PLUS FAIBLES DU GROUPE POUR LA PÉRIODE 70’S…

… (le moins bon arrivera à la toute fin de la décennie, un peu de patience!) ; la raison première ? Sa production signée Bob Ezrin ! Monsieur “j’ai produit les meilleurs disques d’Alice Cooper en personne, ça devait le faire, non ? Bah en principe oui, quand on écoute le résultat… le mec a craqué ! Tu ne fais pas de KISS un groupe propre en polissant le son – surtout quand ils viennent de balancer à la face du monde la bombe sonique ALIVE! – et en amenant de l’orchestration et autres effets sonores inutiles (l’intro de “Detroit Rock City” qui ouvre le disque et dure 1min30… ça aurait été un album-concept OK, mais ça ne l’est pas, ça retarde inutilement le début de la chanson et ça ne met rien en scène du tout) ! Avec Alice Cooper, c’est dans son délire, dans son personnage, mais KISS ? C’est plus je te fous salement sur la tronche même si t’as rien demandé ! Ace Frehley est celui qui en a eu marre le premier et qui a ouvert sa gueule… conséquence : Ezrin le fait remplacer sur certains soli (“Flaming Youth” alors que c’est Ace qui l’a composé / “Sweet Pain”), comme çà, au calme, allez hop on a un album à terminer, pas de place pour les pleurnicheurs, on le fait à ma façon et c’est comme çà !


POURTANT LES CLASSIQUES CITÉS BIEN AU-DESSUS SONT POUR LA PLUPART DE BONNES COMPOSITIONS À LA BASE…

… l’énergique “Detroit Rock City” avec son riff de tueur et son solo presque mélodique, la sombre “God Of Thunder” chanté par le Démon en personne, mais rendue avec un “filtre poli”, c’est pourtant LE titre où les basses devraient être poussées au maximum, mais on se retrouve avec un son plus clair… elle est où la logique ? Seule la batterie de Peter Criss provient réellement de l’enfer – ce titre brillera en concert. “Shout It Out Loud” prouve que le duo de voix Paul Stanley / Gene Simmons est toujours autant efficace, titre créé pour la scène, mais plombé par une orchestration lourdingue ; orchestration qui revient gâcher “Do You Love Me” qui n’était déjà pas très solide, mais une fois que les cloches arrivent… non, juste non, des cloches putain ! Et “Beth”, la seule qui mérite son orchestration parce que c’est une ballade, c’est une chanson très simple, très bête, c’est beau, certes pompeuse, mais un peu de douceur ne fait pas de mal et c’est une grande surprise dans le catalogue du groupe.


POUR LES TITRES MOINS CONNUS :

“King Of The Night Time World” et ses guitares mises en retrait ? SES GUITARES MISES EN RETRAIT ??? Non mais Bob, on ne met pas Ace Frehley en retrait, bien au contraire, c’est encore la grande force du groupe ce mec ! “Great Expectations” dès la première note tu sais que ça va être de la grosse merde, ça sonne “chanson de Noël” – allez vous faire foutre tous ceux qui ont validé ce titre, allez bien vous faire foutre !! “Flaming Youth” qui aurait pu être de nouveau un putain de titre signé Frehley est gâché par ces claviers totalement inutiles (non, mais c’est vraiment Noël sur plusieurs titres!). Et “Sweet Pain” du pur Simmons avec un putain de solo de gratte… mais ce n’est pas Frehley, c’est le remplaçant Dick Wagner qui s’en charge.


DESTROYER, MALGRÉ UN PRODUIT DE BASE PLUTÔT BON LIVRÉ PAR 4 MUSICIENS TALENTUEUX, EST PRINCIPALEMENT UN GÂCHIS !

On peut avoir l’impression que ce n’est pas du KISS, mais plutôt du “Ezrin with KISS” – le gaillard est quand même co-compositeur de 8 titres sur 10… Il a merdé avec sa production qui dégueule de partout, le groupe a merdé en lui faisant confiance, en pensant que c’était ce qu’il leur fallait après ALIVE! et en plus trois très bons albums qui instauraient “leur son”, mais aussi et surtout en disant amen à tout ! Et ce dernier point et les conséquences que ça a engendrées (Ace qui, pour la première fois, se barre et est remplacé directement sur quelques titres) va leur coûter cher dans quelques années.


Destroyer c’est l’album qu’on expose plus qu’on ne l’écoute !


14 / 20

INFOS :

Label : Casablanca Records

Sortie : 15 Mars 1976

Site Officiel : KISS

TRACKLIST :

  1. Detroit Rock City
  2. King Of The Night Time World
  3. God Of Thunder
  4. Great Expectations
  5. Flaming Youth
  6. Sweet Pain
  7. Shout It Out Loud
  8. Beth
  9. Do You Love Me
  10. Rock And Roll Party