KISS – ROCK AND ROLL OVER

KISS – ROCK AND ROLL OVER

24 octobre 2020 2 Par Beckuto Vongola

OH, mais qui voilà ?! Ne serait-ce pas le retour d’Eddie Kramer à la production ? Faut dire qu’il a fait un sacré bon boulot avec la patate dans la gueule qu’était Alive! Si çà ce n’est pas un “aveu” du groupe par rapport à une certaine faute de goût apportée par Bob Ezrin sur Destroyer (Quoi ? Si Gene Simmons et Paul Stanley avaient vraiment adoré le son du disque précédent, ils seraient resté avec lui, non ?). Eddie Kramer vient à la rescousse et donne un sacré boost aux très bonnes compositions contenues dans ce Rock And Roll Over.


KISS NOUS ACCUEILLENT AVEC UNE GUITARE ÉLECTRO-ACOUSTIQUE ET LA DOUCE VOIX DE PAUL

… ils se sont adouci les faces maquillées ? HAHA ! PAS DU TOUT, ça ne dure que 14 petites secondes et la décharge électrique est balancée (“I Want You”).

“You Can Run, You Can Hide
But You’ll Never Get Away.
You Can Lie And Deny
But You Know You’re Gonna Pay.”

KISS I Want You

Putain quand Stanley chante ces vers presque criés, ça me fait toujours tout drôle – capture instantanée de mon intérêt ; définitivement OUI, KISS savent quelle chanson doit être placée en ouverture pour briser notre vigilance, une fois lancé, on ne peut plus s’arrêter, on est entré dans leur jeu, ils peuvent dérouler les bombes sonores : “Take Me”, ce riff, ce pré-refrain et ce refrain groovy à souhait, ce mini-solo de guitare en duo (“ce n’est donc pas un solo”, “hey ho chuuut, c’est magique !”) ; “Calling Dr. Love”, parfaite pour le rôle joué par Gene (ce gros pervers), son chant grave, sexy et vantard, ce riff (encore et encore!), cette intro guitare/cowbell, ce son de basse, Peter Criss qui respire la classe derrière ses fûts et ses roulements diablement efficaces à la fin de chaque refrain ; “Love ‘Em And Leave ‘Em” de nouveau parfaitement interprétée par Gene (voix / jeu simple de basse), de nouveau une putain d’intro classique, de nouveau un riff empli de groove qui donne envie de bouger la tête de droite à gauche (ou son cul) – KISS seraient les Beatles du Hard Rock ? Humm… et de nouveau Mr Criss qui s’éclate à balancer un roulement du tonnerre à chaque fin de refrain tout en gardant un rythme assez classique le restant du morceau (la classe, tout simplement) ; “Makin’ Love” avec son riff de guitare “à la Jimmy Page, avec un Paul Stanley complètement déchaîné et un jeu de la part de Peter Criss bien inspiré – clôture parfaite tout en fade-out.


JE N’AI PAS PARLÉ D’ACE FREHLEY

… parce que ce génie mérite un paragraphe à part pour lui tout seul ; Ace illumine ce disque, de ses riffs classes qu’ils partagent avec Stanley à ses soli de guitares qui, comme à son habitude, n’en font pas trop, juste ce qu’il faut pour émerveiller les amateurs de grattes – son style, tellement caractéristique, fait mouche à tous les coups, même sur les titres un peu moins bons, sa partie est souvent la plus appréciable. Toujours se méfier du plus discret d’une bande d’allumés !

KISS AJOUTE UN AUTRE CLASSIQUE À SON CATALOGUE : “HARD LUCK WOMAN”...

… piste écrite par Stanley et magnifiquement chantée par Criss ; à la base Paul voulait donner ce titre à Rod Stewart, puis finalement il l’a gardé pour KISS (tant mieux) ; une ballade électro-acoustique plaisante, ça dénote un peu avec le reste et pourtant ça paraît tout de même logique avec les 4 personnages bien différents qui composent ce groupe – le succès est au rendez-vous, ça passe bien à la radio !


ROCK AND ROLL OVER N’EST PAS EXEMPT DE DÉFAUTS…

… ce n’est pas LE disque parfait du groupe, on trouve tout de même des titres un chouïa en dessous du reste : le duo “Ladies Room” / “See You in Your Dreams” aux sonorités très… Rock ‘N’ Roll (justement), même si la cowbell avant le refrain pour le premier et la cassure avant l’outro répétitive pour le second reste des atouts solides, ça ne suffit pas pour avoir envie d’y revenir aussi souvent que les bombes citées aux paragraphes précédents. On trouve également “Baby Driver”, la chanson obligée signée de la main de Peter Criss, qui est de qualité même si assez répétitive.

ET ON A UNE PETITE SURPRISE EN LA PRÉSENCE DE “MR. SPEED”

… avec la touche classique de Stanley pour un titre assez léger – Mr est bien ancré dans son personnage, même si je le soupçonne fortement d’avoir voulu faire son Marc Bolan pour le coup – et que dire de ce très bon break musical (vraiment, KISS sont balèzes pour çà!).


ARTWORK QUI EN JETTE, PRODUCTION D’EDDIE KRAMER BIEN SOIGNÉE (MERCI!)…

… faisant ressortir chaque instrument bien comme il le faut, compositions en majorité solidement inspirées, des classiques à rajouter à leur jeune discographie et durant leurs prochains concerts spectaculaires, Rock And Roll Over est un grand album, rien de plus, rien de moins.

“The First Step Of The Cure Is A Kiss”


18 / 20

INFOS :

Label : Casablanca Records

Sortie : 11 Novembre 1976

Site Officiel : KISS

TRACKLIST :

  1. I Want You
  2. Take Me
  3. Ladies Room
  4. Baby Driver
  5. Love ‘Em And Leave ‘Em
  6. Mr. Speed
  7. See You In Your Dreams
  8. Hard Luck Woman
  9. Makin’ Love