SEMAINE 3 : HIROSHIMA / TOKYO – 18/03/2013

SEMAINE 3 : HIROSHIMA / TOKYO – 18/03/2013

18 mars 2013 0 Par Beckuto Vongola

Départ tôt le matin, direction Hiroshima pour 3 jours. L’hôtelière nous salue avec toute la bonté et la gentillesse qu’on lui connaît. On prend le train à destination d’Osaka, puis un autre rapide pour Shin-Osaka et enfin le Shinkansen qui va directement à notre destination finale… seulement il y a 2 heures d’attente pour ce dernier. Bien sûr tout cela est gratuit avec notre JR Pass.

On va se restaurer dans une sorte de fast-food, sauf qu’ils ne vendent pas de burger, mais des sandwichs avec de la très bonne charcuterie. DE LA CHARCUTERIE !!! OH OUI !!! ET DU PAIN !!! France/Italie je vous aime à cet instant. On a tellement faim que l’on prend chacun deux casse-dalle et sincèrement la charcuterie était délicieuse ! Je m’amuse à faire des grimaces à un enfant qui passe devant la vitre, puis quand il revient et s’installe avec son père à la table d’à côté, je fais moins le malin… pas très courageux tout çà ; c’est le gamin qui n’a pas d’humour c’est tout…


PARTIS SOUS LA PLUIE, NOUS SOMMES ARRIVÉ À HIROSHIMA SOUS UN BEAU SOLEIL DE FIN D’APRÈS-MIDI.

Le temps de trouver l’hôtel sur le long boulevard de la paix, s’enregistrer et s’installer… il est déjà 17h00 et donc si vous avez bien suivi mes écrits, vous saurez que les parcs, musées et autres Temples sont déjà fermés. On prend quand même le temps de se balader dans la ville, on aperçoit au sommet d’une colline une bibliothèque assez spéciale, une qu’on rêverait d’avoir en France : une Bibliothèque remplie que de Mangas ! Le paradis sur Terre pour qui sait lire le Japonais. On y trouve plus de 100 000 ouvrages, des mangas, des magazines de prépublication, des ateliers et des expositions, un Temple de la bande dessinée Japonaise. À coup sûr on y rentrera après-demain (demain c’est Miyajima).

Avant de retourner à l’hôtel on visite les ruelles avoisines, très peu de restaurants visibles, beaucoup de façades aux couleurs flashy et pancartes assez étranges sur les trottoirs… on s’est vite rendu compte que cette ruelle juste à côté de notre hôtel était en fait réservée au “commerce du sexe” ; la nuit c’est le rendez-vous des prostituées, escort-girls et pervers de sortie. Un endroit à éviter donc, surtout si on ne veut pas retomber sur les gars en costard…


POUR LA CHAMBRE DE CET HÔTEL ON N’A PAS VRAIMENT PAYÉ TRÈS CHER…

… et pourtant, une fois à l’intérieur on se rend compte que c’est très chic. Tout brille, il faudrait limite des lunettes de soleil pour survivre là-dedans. Sur le prospectus présent dans notre chambre on peut y voir que l’hôtel possède plusieurs restaurants, une piscine, un bar, une discothèque etc. Rien pour nos petites économies en fait. La vue par la fenêtre est phénoménale, on se retrouve quasiment tout en haut d’une tour, panorama garanti sur le centre-ville d’Hiroshima et ses montagnes alentour.

D’ailleurs grâce à cette vue, je remarque au loin comme une sorte de bidonville, bon peut-être que ce sont juste des petites maisons – je ne dénigre pas les Japonais – mais le contraste est flagrant entre ce qu’ils veulent montrer “en ville” et ce qui se trouve aux alentours. Comme s’ils voulaient cacher une sorte de misère, pour qu’on pense que la ville s’est très bien reconstruite après la Seconde Guerre Mondiale et ses atrocités honteuses. La prospérité serait revenue, mais au vu de ce “cache-misère”, j’ai certains doutes…


RYO DÉCIDE DE SORTIR MANGER DANS UN RESTAURANT QU’IL AVAIT APERÇU LORS DE NOTRE BALADE…

… un de ceux qui servent la grande spécialité de la ville : l’Okonomiyaki, un ensemble de plusieurs ingrédients grillés ensemble (poissons, porc, crustacés, œufs, fromages etc. cela peut être d’autres choses selon vos goûts) pour former une sorte de mix entre une omelette, une pizza et un pancake… oui dit comme çà cela paraît très étrange, mais selon Ryo* c’était délicieux ! Faisons-lui confiance, je ne peux pas témoigner n’ayant pas participé au repas**, préférant aller au Kombini d’en face prendre un burrito et un sandwich avec une sorte de cervelas dedans.

En me rendant à l’épicerie je suis suivi par une très jolie jeune Japonaise, la vingtaine sûrement, qui semble assez pressée et en même temps pas très enjouée. Une fois à l’intérieur elle trouve très vite et paye ce pour quoi elle était venue – elle semble être une habituée -, j’ai à peine eu le temps de choisir et de payer mes sandwichs, qu’une fois dehors, elle avait déjà terminé de manger et repartait dans la ruelle à droite de l’hôtel, et là j’ai compris que c’était une prostituée qui travaillait à côté – encore une jeunesse gâchée par ce monde pourri .

PLUS TARD DANS LA SOIRÉE…

Ryo revient et me raconte qu’en plus d’avoir bien mangé, il s’est bien amusé avec les 2 restaurateurs qui l’ont servi ; deux gars bien marrants prêts à faire les fous devant l’objectif de son iPhone – tels des ninjas du couteau de cuisine. Il y a aussi une Chinoise qui l’a dragué, mais c’était vain !


Avant de se coucher, on regarde le nouvel épisode de Walking Dead qui malheureusement était trop prévisible (le Gouverneur à la poursuite d’Andrea). Et dans la nuit, quelques bruits étranges se font entendre *poc poc poc* nul doute, nos voisins s’amusent comme des petits fous et ce qu’on entend doit être un fessier qui rebondit joyeusement ; quelques petits gémissements se font aussi entendre. Cette mélodie du sexe n’a pas duré bien longtemps, merci d’avoir fait vite…



(*) Comme souvent dans mes récits, les prénoms sont évidements changés (respect de la vie privée e tutti quanti).

(**) J’avoue regretter mon choix de ne pas l’avoir accompagné…